Rapport moral 2013

Légère diminution aussi du nombre de personnes pratiquant des activités chez nous. Et pourtant les  différents ateliers ont bien fonctionné en équilibrant leurs comptes grâce au dévouement et à la compétence des animateurs qui, rappelons-le, sont, à l’exception de l’animateur théâtre, tous bénévoles. Et pourtant le Cercle n’a pas failli à sa mission.

 Une fois de plus la présence du Cercle dans la ville a été remarquée à l’occasion de plusieurs manifestations et tout particulièrement  à l’occasion des Flambarts. Plus discrètement  les interventions régulières des lecteurs du Cercle dans les maisons de retraite, dans les écoles avec l’opération Lire et Faire Lire, les nombreuses interventions de la section Taï Chi Chuan dans les institutions pour personnes âgées et établissements scolaires, les actions de formation dans le cadre de la VAE ou de l’opération « Ouvrir l’école aux parents pour une meilleure intégration » menées par Michel Charron avec d’autres responsables, témoignent de l’engagement du Cercle dans une démarche associative véritable.  Le rapport d’activités concocté par René Robinet fait apparaître la richesse des propositions  dans le domaine festif à l’initiative et sous la responsabilité de la commission animation que chapeaute Madeleine Robinet et  dans celui de la réflexion  mené par Gisèle Degrémont  dans le cadre de l’Université populaire.

Ce dernier point mérite quelques explications. Depuis un certain temps nous avions noté que l’assistance aux conférences que nous organisions  s’amenuisait. L’organisation de conférences et de colloques en partenariat avec d’autres associations nous a permis de partager la réflexion sur des problèmes sociétaux avec plus de gens.  Ces rencontres sont essentielles. S’il est vrai que les médias offrent à celles et ceux qui veulent  comprendre le monde dans lequel nous vivons  des sources d’information de qualité, la rencontre de citoyens de bonne volonté vivant sur un même territoire et échangeant des opinions dans le respect  de celles des autres  est fondamental pour développer le « vivre ensemble ». Un des buts du Cercle est de favoriser la rencontre et nous n’avons pas failli dans ce domaine. Nous avons noté  une tendance évidente de la majorité des gens à se replier sur eux-mêmes ou  sur leur communauté. Nous ne pouvons pas nous satisfaire de cette constatation.  Et nous avons pris des initiatives et répondu aux sollicitations de ceux qui, comme nous, veulent multiplier les liens qui unissent les Drouais.

Le point noir de cette année 2013 aura été la confirmation de la tendance notée les deux années précédentes à clôturer l’année avec un bilan comptable déficitaire ; En 2013 ie déficit s’élève à    28 000 €uros malgré une recette exceptionnelle de 15 000 €uros correspondant à l’hébergement pendant six mois de l’ERS. Les deux rubriques déficitaires sont les charges du siège et celles de l’activité théâtre. Malgré des efforts sérieux pour limiter les dépenses, nous ne sommes pas arrivés à équilibrer recettes et dépenses. Le rapport financier vous donnera des précisions sur ces comptes analysés en profondeur par notre nouveau trésorier adjoint Philippe Zinc. Il va donc falloir que nous prenions des décisions dès cette assemblée générale.

Malgré notre volonté d’offrir des activités à des prix raisonnables,  ce qui nous différencie du secteur marchand et nous permet d’inciter nos adhérents à faire preuve d’esprit associatif et à participer bénévolement à des manifestations publiques, il nous faut décider d’augmenter le prix de l’adhésion. Il  nous faut aussi augmenter la cotisation aux ateliers. Sera-ce suffisant ? Certainement pas mais c’est indispensable et nous devons voter ces augmentation.

Certains pensent peut-être qu’il faudrait nous séparer de notre animateur culturel théâtre.   Cette solution est pour moi impensable pour le moment. L’activité théâtre, en effet, est fondamentale.  Les membres des différents ateliers théâtre forment le noyau des participants aux Flambarts. Ils contribuent à faire connaître le Cercle à travers les représentations annuelles des spectacles qu’ils montent, à travers le flashmob et  le match d’improvisation. Ils fournissent aussi des représentants au Conseil d’administration.

Pour que le Cercle vive, il faut que chacun se sente solidaire de tous, que chaque adhérent quelle que soit la raison qui au départ lui a fait rejoindre le Cercle s’intéresse aux autres activités, s’investisse et fasse des propositions susceptibles d’aider les responsables que vous avez élus à trouver des solutions à nos problèmes.

Jean-Pierre DUBREUIL